Le rafting

La pratique du rafting s’est développée dans les années 50 aux États-Unis, sur le fleuve Colorado. Si elle est restée longtemps aux États-Unis, elle est désormais pratiquée partout dans le monde dès qu’il existe une rivière qui peut l’accueillir. En France, elle s’est très vite développée à partir des années 1980. Après une montée en puissance dans les années 90, elle s’est stabilisée. Reliée à la fédération française de canoë-kayak, le rafting réunit plusieurs centaines de milliers de pratiquants, licenciés ou pas. C’est un fait, le nombre de pratiquants libres ou occasionnels vient remplir les rangs des licenciés.

La pratique du rafting

L’avantage du rafting consiste dans sa facilité d’accès. Il est ouvert à tous, enfants ou adultes. Il est possible de le pratiquer dès 7 – 8 ans. Les seules indications données pour pouvoir le pratiquer sont de savoir nager et ne pas avoir de contre-indication médicale.

Ce sport se pratique sur un gros radeau pneumatique que l’on appelle raft. Il peut mesurer de 4 à 7 mètres de long pour 3 mètres de large. Les dimensions de l’embarcation donnent tout de suite un indice de taille sur la pratique de ce sport : il s’agit d’un sport d’équipe. Le raft peut en effet embarquer entre 6 et 10 personnes à son bord, ce qui est plutôt rassurant quand on souhaite entreprendre une descente sur des rivières au courant rapide.

La navigation peut s’effectuer de deux façons : à l’aviron ou à la pagaie. Dans le premier cas, il est possible de le faire en individuel sur des embarcations plus petites. Dans le second, il est nécessaire d’être en équipe. Cette dernière pratique est d’ailleurs la plus courante. En règle générale, un guide se met à l’arrière du raft pour diriger l’embarcation et donner les consignes de manœuvre.

Le matériel

Là, il n’est pas possible d’improviser. Vous devez être correctement équipés pour pratiquer le rafting. Si vous en faites occasionnellement ou si vous faites partie d’un club, le matériel peut vous être prêté ou loué. Dans tous les cas, vous devez être doté d’une combinaison thermique. Nécessaire pour maintenir la température de votre corps si vous naviguez dans les eaux froides, elle est aussi utile pour protéger votre peau si vous chutez. Autre point d’importance, le port du casque. Équipé de trous pour évacuer l’eau, il est là pour vous protéger des chutes, des coups de pagaie – eh oui, ça arrive – ou des chocs contre les rochers de la rivière. Il est en général de couleur vive afin de vous repérer plus facilement. Le gilet de flottaison est obligatoire dans ce sport. Même si vous savez nager, il vous assurera de vous maintenir à la surface quoiqu’il arrive. En dernier, des bonnes chaussures ou des bottillons sont nécessaires pour éviter de glisser sur les rochers mouillés et donc glissants.

Les rivières

Même si ce sport est plus courant dans les Alpes et les Pyrénées, il est possible de le pratiquer dans la région Auvergne. Les gorges de l’Allier sont un superbe terrain pour le rafting par exemple.

Curieusement, c’est le type de rivière qui fixe le niveau de pratique et non le sportif. Pour pouvoir pratiquer le rafting, il faut 2 facteurs : que le niveau d’eau soit suffisant et que la pente soit comprise entre 0,5 et 2%.

Le classement commence à 1 – très facile – et va jusqu’à 6, à la limite de la navigabilité. Le niveau 1 est donc à portée de tous mais il peut devenir rapidement un sport extrême qu’il ne faut pas tenter sur un coup de tête. Les clubs installés sur les cours d’eau connaissent parfaitement bien la ou les difficultés des voies d’eau à proximité, il vaut mieux se fier à leur avis avant de se lancer. De plus, selon les conditions météorologiques, le flux de la rivière peut changer et donc son niveau de difficulté.

Alors faire du rafting, bien sûr, cela se tente même de façon ponctuelle. Il vous en coutera en moyenne 70 euros par adulte en groupe. Mais le rafting n’attire pas que des amateurs. En effet, il existe même des championnats du monde de rafting en eau vive, organisées par l’International rafting Federation (IRF). N’hésitez pas à les suivre sur les chaines de sport. De nombreuses équipes s’affrontent régulièrement sur des rapides aux quatre coins de la planète.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.